Super Issue

QUE SERA SARAH - WHATEVER WILL BE WILL BE

4 EUR
sortie le 11 mars 2017 (Super Issue / Believe)
CD-R limité à 50 exemplaires
-
Que Sera Sarah ou quatre fragments d'une chronologie de hasard. 
Une première rencontre, celle de Christophe et Arnauld en 2012 qui se sont rendus compte qu'ils partageaient la même passion pour la pop Anglaise des années 80, celle de la brumeuse Manchester, des Smiths à New Order en passant par Joy Division. L'envie de livrer leur propre version de cette musique n'a pas tardé, et les deux musiciens la donnent dans une première mouture acoustique et décharnée. Des petites répétitions sur les plages Niçoises naît un premier jet de ce qui deviendra par la suite Egyptian Moves. 
La deuxième étape est cette rencontre cruciale avec Lætitia. Le groupe décide de s'adjoindre ses talents vocaux. Plutôt que de s'orienter vers la noirceur d'un Ian Curtis ou de la scène de Manchester, la voix douce et claire de Lætitia transporte les compositions du groupe à un autre niveau. Finie l'acoustique des débuts et place à l’électricité. Que Sera Sarah opte pour des compositions plus typées 90s, avec leur dose de reverb et de disto. Arnauld à la guitare, une Gretsch porte-bonheur qu'il chérit comme sa moitié, Christophe derrière les fûts et Lætitia au chant. Around et Inner City Blues seront les plus beaux exemples de ces compositions au relents des années 90. 
Le troisième moment important de la vie du groupe est cette rencontre avec Jean-Baptiste ''Finchy'' qui va aider le groupe à arranger et enregistrer les chansons du groupe. Il leur propose également de reprendre Blister in the Sun des Violent Femmes pour la première édition du festival Azuréen Easter in the Sun. Le groupe enchaîne alors les répétitions en vue d'attaquer la scène, mais le projet de concerts ne verra pas le jour. Qu'importe, le EP sortira quand même, Que Sera Sarah, ne pouvant pas rester le secret le mieux gardé de la French Riviera. Et ce sera là le quatrième et ultime soubresaut de la vie du groupe. 
Les quatre compositions sont présentes dans leur forme originelle, la pochette est réalisée par l'artiste Niçois Julien Griffaud, qui a choisi de nous montrer une Sarah sans visage, qui nous entraîne dans sa chute, se raccroche à ce qu'elle peut et semble se répéter tout au long de sa descente que « jusqu'ici tout va bien et advienne que pourra ». Que Sera Sarah n'est plus... Whatever Will Be, Will Be...